L’isolation du toit

L'isolation du toit

Les déperditions énergétiques d’un logement pèsent sur la facture de chauffage de chaque ménage. Les ouvertures sont des endroits stratégiques, même si 30 % de la perte de chaleur d’une habitation passe par la toiture. L’importance des travaux d’isolation revêt alors tout leur intérêt. Ils doivent être perçus comme un investissement à moyen et long terme.

L’isolation d’un toit avec combles perdus

Un comble désigne en architecture l’ensemble formé de la couverture et de la charpente d’un bâtiment. Par extension dans le langage courant est appelé comble l’espace localisé sous la toiture, soit le volume intérieur borné par le dernier plancher et par les versants de toiture.

Un comble perdu est concrètement un espace qui ne peut être habité. Son isolation passe par la mise en place d’une ou deux couches d’isolant, soit de la laine minérale disposée en rouleaux, en panneaux ou soufflés en vrac, soit du polystyrène ou du polyuréthane en panneaux. Cet isolant est installé au dessus ou au dessous du plancher entre les solives (pièces de charpente horizontales).

L’isolation d’un toit avec combles habitables

Par l’intérieur, l’isolation repose par la mise en place de l’isolant (laine minérale) sous forme de rouleaux ou de panneaux sous la toiture. Le professionnel pose ensuite un pare-vapeur directement sur l’isolant. Ce pare-vapeur est un film plastique dont la fonction est de circonscrire la transmission de vapeur d’eau.

Si l’isolant est d’origine synthétique (polystyrène, polyuréthane, etc.), le pare-vapeur n’a pas lieu d’être. Le travail s’achève par l’application de la finition : plaque de pâtre, crépis, bois, etc.

L’autre alternative est de réaliser l’isolation par l’extérieur. Ce chantier étant plus conséquent, la formule est réservée au projet de construction neuve. A noter que les deux types d’isolation peuvent se compléter.

Focus sur l’humidité et la ventilation de l’espace sous toiture

L’humidité est la problématique majeure de l’isolation d’une toiture dont la fonction est de protéger le reste de l’habitation. A ce titre, le professionnel est particulièrement attentif à créer de bonnes conditions de ventilation. La circulation de l’air est une arme rédhibitoire pour l’assécher et réduire drastiquement l’humidité résiduelle sous toiture. Cette dernière constitue d’ailleurs un danger pour l’isolant car elle peut en altérer ses propriétés tout en attaquant en même temps la charpente.

Ainsi, le film sous-toiture placé entre l’isolant et le matériau de toiture, membrane synthétique souple se présentant sous plusieurs couches, joue un rôle prépondérant contre les intempéries, le vent, les poussières et les éléments nuisibles.

L’isolation d’un toit-terrasse et la garantie décennale

L’isolation d’un toit-terrasse s’effectue uniquement par l’extérieur. Son objectif est d’étanchéifier au maximum la toiture dans le but d’évaluer les eaux de ruissellement et d’éviter tout phénomène d’infiltration.

Pour les travaux d’isolation de toiture, il est vivement recommandé de solliciter l’intervention d’un professionnel. Vous bénéficierez notamment de sa garantie décennale qui engage sa responsabilité durant une période de dix ans à partir de la date d’achèvement du chantier. La garantie décennale comprend les dommages qui mettent à mal la solidité du bâtiment ou qui le rendent impropres à sa destination.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser