La toiture plate

toiture plate

Plusieurs critères s’imposent si l’on choisit d’installer une toiture plate, parmis les différentes formes de charpente existante. Cette procédure requiert l’intervention des spécialistes, vu les différentes étapes à franchir et les précautions à prendre.

Les qualités requises

Pour répondre à la qualité exigée et aux normes de la construction lors de la pose d’un toit plat, quelques aspects doivent être mis en évidence, notamment :

  • l’étanchéité,
  • l’évacuation,
  • l’isolation,
  • la résistance,
  • l’entretien.

Un toit plat étanche

La toiture plate doit être munie de membrane d’étanchéité pour ne pas laisser passer l’eau de pluie, l’air ou la neige. La membrane doit ainsi respecter certaines qualités. Le plus sûr est de choisir un modèle multicouche. Annoter que le recouvrement doit atteindre également les raccords, il est avant tout important d’assurer l’installation de ces derniers. En outre, un toit plat doit présenter des remontées d’étanchéité installées bien en hauteur. Mais il faut également veiller à adapter les pontages des joints actifs aux éventuels mouvements.

Une bonne évacuation

Pour pouvoir jouir de tous les avantages d’un toit plat, une excellente évacuation est de mise. Une toiture plate requiert donc un faible angle d’inclinaison, suffisant pour faire couler les eaux de pluies et de fonte de neige. De plus, la structure doit se munir d’un système d’évacuation correctement dimensionné pour un débordement sans risque des eaux.

Un toit plat bien isolé

L’isolation concerte l’ensemble des structures du bâtiment. Pour le toit, il s’agit de la partie au-dessus et en dessous de la charpente. La matière isolante doit répondre à des performances, telles une bonne épaisseur et une excellente résistivité thermique.

La résistance

Un toit plat peut être destiné à certains usages. Différentes charges sont alors à prendre en considération lors de sa pose, entre autres les charges mobiles, les charges permanentes, les charges réparties et les charges localisées. Il faudrait donc penser à la résistance de l’ensemble de la structure, c’est à dire, du support, de l’isolant, des structures d’étanchéité et de protection.
Aussi les agents physiques et chimiques extérieurs sont souvent des facteurs de détérioration des structures du toit plat. Elles doivent alors être résistantes à l’érosion éolienne et hydraulique, aux chocs thermiques, au gel, aux rayonnements ultra-violets et à la pollution chimique acide de l’environnement extérieur.

Un bon entretien

Pour une utilisation optimale de l’espace, l’entretien d’un toit plat doit se faire par un professionnel avéré. Il doit être réalisé au moins deux fois par an : l’hiver passé et en fin d’automne.

N’hésitez pas à faire appel à nos sélections d’experts pour réaliser la pose et l’entretien de vos toits plats.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser