Quels sont les composants d’un toit ?

Quels sont les composants d'un toit ?

Le toit est formé de nombreux éléments qui s’associent et se combinent pour garantir la protection de votre habitation. Or, les termes issus du langage professionnel ne sont pas toujours compréhensibles pour le novice.

La toiture, de la charpente aux chevrons

La charpente est un terme connu désignant l’ensemble des éléments qui constituent l’ossature de la toiture. Elle se décline selon les modèles et sa composition peut différer. Une charpente en bois traditionnelle est construite directement sur le chantier et recouvre l’habitation pour la protéger des intempéries. Une charpente à fermette est fabriquée en usine. Légère et facile à installer, elle garantit une répartition des forces équitables mais ne permet pas d’insérer des combles.

Espaces situés sous la toiture, les combles peuvent être aménagés ou inhabitables. Dans ce dernier cas, on parle de combles perdus. Notez qu’une mansarde est un comble brisé, disposant de deux faces. Chacune est positionnée respectivement sur l’une des deux parties d’un versant de toiture. Si la couverture inclut une étroite ouverture servant à assurer la circulation et la ventilation des combles, on parle de chatière.

La toiture comporte évidemment une couverture de tuiles ou d’ardoises. Plate, à canal (ronde) ou mécanique (à emboîtement), une tuile peut être en terre cuite ou en béton, alors qu’une ardoise est en schiste naturel ou en fibrociment. Les éléments de la toiture sont fixés sur des pièces en bois appelées liteaux (ou lattes). Les deux pans ou versants de toiture se rejoignent au niveau de l’arêtier. Cette toiture intègre également des planches rectangulaires, les voliges, supportées par des pièces de bois inclinées, les chevrons. Enfin, les pannes sont des pièces de charpente positionnées de manière horizontale.

Les ouvertures : lucarne et autre fenêtre de toit

Les ouvertures dans une toiture sont essentielles pour apporter de la luminosité. Ainsi, un toit peut présenter des lucarnes, ouvertures formées d’une fenêtre, la devanture, de deux côtés et d’une couverture à 2 ou 3 pentes. Si la lucarne est à baie carrée avec 2 pentes et faîtière horizontale, on parle de chien-assis.

Plus connue, la fenêtre de toit est un cadre accueillant une fenêtre. Elle se situe dans la même pente que la toiture. Autre type d’ouverture dans un toit : le puits de lumière. Il s’agit d’un véritable conduit qui véhicule la lumière naturelle dans les pièces de vie du logement. En revanche, le puits de lumière ne transmet aucune chaleur.

Bon à savoir : un toit peut aussi accueillir un conduit d’évacuation des fumées créées par les systèmes de chauffage.

De la faîtière aux gouttières : les finitions

Le faîtage est la partie du toit où sont reliés les deux versants du toit. Il est recouvert par des tuiles, que l’on nomme faîtières. Une toiture est une barrière aux eaux de ruissellement, ce qui implique la présence de gouttières. Elles forment un réseau d’évacuation des eaux de pluie tombant sur le toit, soit en les stockant, soit en les conduisant vers un autre canal.

En termes d’étanchéité, le closoir est un produit destiné à imperméabiliser le faîtage ou l’arêtier, alors que l’écran de sous-toiture est un véritable pare pluie, localisé entre la charpente et le matériau de toiture. Enfin, un toit est embelli par des ornements tels qu’un avant-toit, un épi ou une girouette.

Vous voilà désormais armé pour échanger avec un couvreur professionnel !

Ces articles peuvent aussi vous intéresser