Comment réaliser un toit végétal ?

Comment réaliser un toit végétal ?

Pourquoi un toit végétal ?

A l’heure des économies d’énergie et du « tout » écologique, intéressons-nous à la spécificité d’un toit végétal. En zone urbaine, cette végétation a pour rôle de capter les poussières en augmentant le taux d’humidité de l’air pollué.

Tandis que le substrat est capable de diminuer le taux de CO2 dans l’air en absorbant les particules de carbone et de plomb. Cette surface plantée offre, en plus d’une résistance au feu, une isolation de l’habitat contre :

  • les écarts de températures au fil des saisons
  • le bruit environnemental
  • l’air
  • les caprices météorologiques

Précisons encore que le toit végétal protège la construction en lui offrant une certaine durée de vie. Prenez contact avec un artisan spécialisé qui étudiera votre bâtiment et la faisabilité d’un tel projet.

Puis-je poser moi-même mon toit végétal ?

Avant de réaliser l’aménagement de votre toiture, vous devrez vous assurer de la résistance de la charpente. Un horticulteur vous indiquera le poids au mètre carré de surface plantée (entre 300 et 400 kg). L’opération se déroule ensuite en différentes étapes :

  • tenir compte d’une pente entre 5 et 35 degrés
  • prévoir un système anti-glissement
  • créer une structure (bois, béton, ou autre)
  • placer une bâche d’étanchéité en limitant le nombre de raccords
  • prévoir un drainage (brique concassée, argile, pouzzolane)
  • installer un géotextile anti-racines

Votre toit est maintenant prêt à recevoir les plantations sur un substrat léger de 7 à 15 centimètres d’épaisseur, en prenant soin de réserver une bande de gravier le long du périphérique et d’apporter un engrais retard.
Chaque étape est importante, l’expérience d’un professionnel offre une garantie de réussite.

Les plantes et leur entretien

Il faut privilégier les plantes couvre-sol qui ne s’épanouiront que peu en hauteur. C’est le cas des sedums utilisés dans les rocailles. Vous disposez de quelque 400 espèces dont la particularité est de stabiliser et de se contenter d’un sol peu riche.

Peu gourmandes en arrosage, cette action sera indispensable lors des fortes chaleurs estivales compte tenu de la faible couche de substrat. La première année, traquez et arrachez les herbes sauvages.

Puis, désherber une fois par saison pour conserver une toiture végétalisée aussi utile qu’agréable à regarder. Vous pourrez vous faire aider par un jardinier qui saura, mieux que quiconque, dompter la « chevelure » de votre construction.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser