La tuile en queue de castor

La tuile en queue de castor

Ce matériau typiquement alsacien, dénommé Biberschwantz ou communément appelé « queue de castor », consiste en une tuile écaille faite à la main, de format plat et allongé.

Très typique du bâti alsacien

Ce type de tuile très durable, qui peut durer assurément plus d’une centaine d’année, est très répandu dans les deux départements alsaciens de la France, soit dans une partie de la Moselle germanophone et du département du Doubs. En Allemagne de même qu’en Alsace, son usage s’est surtout concentré entre le XVIe et XIXe siècle. On en trouve également dans plusieurs autres contrées d’Europe centrale.

Des cannelures particulières

Les tuiles en queue de castor sont caractérisées par diverses cannelures. Le dessus comporte deux ou davantage de cannelures dites « Anstrich », c’est-à-dire faites au doigt.

De l’autre côté, le verso comporte un « nez » caractéristique, soit une sorte de crochet fait de terre relevée. Celui-ci sert spécifiquement à faire en sorte que chaque élément soit solidement accroché sur les voliges de la toiture.

Une forte pente de toiture s’impose

Jadis, les toitures réalisées en chaume étaient considérablement plus légères que celles recouvertes de tuiles en queue de castor. L’hiver est assez rigoureux en Allemagne et en Alsace. Avec le poids supplémentaire de l’accumulation de neige sur les toits, une forte pente est nécessaire – de 30 à 40 degrés dépendant du type de pose – afin de limiter les risques d’effondrement de toiture.

Le calcul des quantités et dimensions

En moyenne, une tuile en queue de castor mesure 15 par 30 centimètres. Il faut compter entre 40 à 90 tuiles par mètre carré selon les dimensions spécifiques. Par ailleurs, ce type de matériau de recouvrement va nécessiter un lattis serré, correspondant à 10 ou 15 cm entre les lattes.

Deux types de poses

Il existe deux procédés de pose de ce matériau fait-main (qui exigent tous deux d’être exécutés par des professionnels, car la pose n’est pas aisée) :

  • La pose en couverture simple consiste en un pureau de moitié combiné avec des joints alignés. Une lamelle de bois ou échandolle, qui se trouve à être glissée sous les tuiles, assure l’étanchéité de l’installation. Pour ce type de pose, un angle de 40 degrés de toiture est souhaitable, avec recouvrement par moitié.
  • La pose en couverture double a recours à un pureau du tiers et implique des joints croisés. Nécessitant un minimum de 30 degrés de pente de toit, ce mode de recouvrement parfaitement étanche, implique toutefois d’utiliser une plus grande quantité de tuiles en raison de son chevauchement au 2/3. Avec ce mode, les joints se trouvent alternés.

N’hésitez pas à consulter l’annuaire de notre site pour découvrir quels professionnels et artisans possèdent des connaissances et de l’expérience en pose de tuiles en queue de castor.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser